Tercom – Conseil en Stratégie de Communication
  • Archives
  • septembre26

    Joseph Puzo a annoncé en conference de presse sa décision de laisser le champ libre au haut-marnais Benoit Deboos qui aura donc un an et demi pour remettre les statuts à jour. Ceux ci ne permettent en effet pas vraiment plusieurs candidatures tout comme ils ne prévoient pas de démission. Rappelons que c’est la démission de Pierre Possémé qui a entraîné cette élection anticipée.

  • novembre30

    Jeudi 29 novembre à l’Hôtel de Région de Châlons-en-Champagne, CARINNA, l’Agence pour la Recherche et l’Innovation en Champagne-Ardenne, a récompensé 5 créateurs de jeunes entreprises innovantes issues de l’incubateur régional.   En savoir plus | Commentaires

  • novembre27

    Jean-Paul Bachy Président du Conseil régional de Champagne Ardenne a annoncé le 27 novembre à Francheville (51) la mise en place d’un dispositif de soutien à la compétitivité de la filière luzerne. Ce « plan protéines » doté de 300 000 euros s’adresse directement aux 8 000 producteurs Champardennais de luzerne destinée à la déshydratation.

    Le Conseil régional subventionnera l’achat de semences certifiées, premier poste de coût de la culture. Pour le Conseil régional Champagne Ardenne ce plan protéines s’inscrit dans la continuité des soutiens qu’il apporte à la recherche et au développement (biodiversité, économies d’énergies, nouveaux débouchés). Il souhaite ainsi pérenniser  une filière qui apporte beaucoup à la région en matière d’emplois et d’activités et préserver une culture favorable à la protection de la ressource en eau, au maintien de la biodiversité et à la qualité des paysages. 1 000 emplois et 16 sites industriels spécialisés sont concernés en Champagne-Ardenne.

     Le plan protéines régional Champagne Ardenne complète et renforce le plan protéines national actuel. Le Conseil régional, les Organisations Professionnelles Agricoles et Coop de France Déshydratation sont intervenu auprès du Ministre de l’Agriculture pour que ce plan protéines soit pérennisé dans le cadre de l’article 38 de la future Politique Agricole Commune qui rentrera en application en 2014.

     

    Chiffres clés filière, contexte économique

     

    La filière luzerne déshydratée en Champagne Ardenne :

    • 60 000 hectares soit 6 à 8 % de la surface agricole utile cultivée par 8 000 agriculteurs, principalement des coopérateurs
    • 16 usines employant ou faisant travailler indirectement 1000 personnes soit le troisième employeur privé de la région
    • 700 000 tonnes de fourrage déshydraté soit 80% de la production nationale dont environ 5% en luzerne bio

     

    Fragilisée par les réformes successives de la politique agricole commune la filière luzerne qui ne bénéficie plus aujourd’hui d’aucune aide européenne a perdu 30% de ses surfaces depuis 2005. La culture est en effet en compétition très défavorable avec les autres productions végétales de l’assolement de la région poussant les agriculteurs à l’abandonner. Une poursuite de cette baisse entraînera inéluctablement une fermeture des usines qui ont besoin de saturer leur outil de production pour fonctionner dans des conditions économiquement acceptables. Les autres productions de ces usines (pulpe de betterave, œillette, autres fourrages) ne suffiront pas à assurer l’exploitation. La disparition des emplois en zone rurale viendrait aggraver encore le phénomène de désertification rurale.

     

     

    Des enjeux environnementaux pour la région

    La luzerne constitue une véritable pause écologique dans les assolements, et participe fortement à l’établissement de la Trame Verte l’une des principales recommandations du Grenelle de l’Environnement :

    • L’eau.

    La luzerne qui ne nécessite pas d’engrais azoté, seulement un herbicide une année sur trois, et qui couvre le sol toute l’année pendant au moins 3 ans est une alliée précieuse des bassins de captage d’eau potable. Son remplacement éventuel produirait mécaniquement une hausse des teneurs en nitrates et en pesticides,  entraînant à son tour d’importants  coûts supplémentaires de traitement pour restaurer la qualité de l’eau.

    • La biodiversité.

    La luzerne représente un abri privilégié pour la micro et la macro faune. C’est ce qui ressort d’une étude menée sous l’égide du Muséum National d’Histoire Naturelle en 2009 et 2010 et soutenue par le Conseil Régional de Champagne-Ardenne. L’effet positif sur l’apiculture est particulièrement probant. La disparition de la luzerne signifierait une chute drastique des colonies d’abeilles et de la production de miel dans la région.

    • Les paysages.

    La couverture permanente de la luzerne participe de la qualité paysagère en milieu rural, une valeur touristique fondamentale.

     

    Un plan protéines en soutien du plan national qui doit être pérennisé

    Ce plan protéines régional doté de 300 000 euros sera attribué directement aux producteurs de luzerne sur la base des achats de semences certifiées pour les semis réalisés en 2013. Les semences représentent en effet la première charge de la culture.

     

    Le plan protéines s’inscrit dans la continuité du plan protéines national destiné à soutenir la production de plantes riches en protéines en France (pois, féveroles, luzerne), dans le cadre de l’article 68 de la politique agricole commune actuelle. Il est fondamental que ce plan soit poursuivi dans la future PAC à travers l’article 38 (maintien du couplage des soutiens pour certaines productions fragiles). Le Conseil Régional Champagne-Ardenne, les organisations professionnelles agricoles et COOP de FRANCE Déshydratation présidée par le Marnais Jean-Pol Verzeaux réclament avec force l’éligibilité de la luzerne dans l’article 38.

  • novembre5

    En présence de personnalités dont Mme Vautrin, député, de MM. Bachy, président du conseil régional, et Pinon, maire de Fismes et conseiller général, de Mmes Bur, représentante de la CCI, et Velly, présidente de la communauté de communes, M. Letouzey, président, a inauguré l'installation de l'usine Sanel Plastimarne à Fismes dans la zone des Grands Longerons.

  • novembre4

    Déficits, endettements, budgets en déséquilibre, stagnation du PIB, augmentation mécanique de la dette, jamais on a autant parlé des finances publiques, qu'il s'agisse de celles de l'État ou des collectivités locales.

  • novembre1

  • novembre1

    «Quand le bâtiment va, tout va ! » disait Martin Nadaud, député de la Creuse, le 7 mai 1850, à la tribune de la Chambre des députés. Mais en cette fin d'année, l'agence vitryate d'Eurovia, implantée route de Paris, enregistre une baisse d'activité de l'ordre de 15 % par rapport à l'an dernier. « Avec la crise, les commandes publiques ont considérablement diminué, déplore Hervé Noël, directeur de l'agence vitryate ainsi que celles de Saint-Dizier et de Bar-le-Duc. Les collectivités locales réduisent leurs investissements.

  • octobre31

     

    Dans le dossier du groupe CAP (L’union, L’ardennais, ; L’Est Eclair, libération Champagne, L’’Aisne Nouvelle et Champagne FM), quelle mouche a donc piqué Jean-Paul Bachy ? C’est la question que l’on est en droit de se poser après les courriers que le président du Conseil régional a adressé à Aurélie Filipetti, Ministre de la Culture et de la Communication pour défendre dans le complexe dossier de la presse régionale la candidature de Jacques Tillier, tout d’un coup réapparu sous les traits d’une blanche colombe… En savoir plus | Commentaires

  • octobre30

    En 2011, le revenu net d'exploitation agricole (RNEA) en Champagne-Ardenne progresse de 27,6 % (25,9 % en valeur réelle). Il gagne 5,8 % en France métropolitaine (4,4 % en valeur réelle). En Champagne-Ardenne, la valeur de production augmente de 15 % (13,3 % en valeur réelle) en raison de la forte hausse des vins de Champagne. Elle augmente de 6,7 % en France. Les charges s'accroissent dans les deux cas et en particulier les consommations intermédiaires qui s'accroissent respectivement de 10,5 % et 9,3 % (soit de 9 % et 7,9 % en valeur réelle).

  • octobre30

    La Champagne-Ardenne était en 2010 la 8e région la plus « riche » de France métropolitaine, avec 26 300 euros de PIB par habitant. Ce classement ressort de l'étude que vient de rendre publique l'Insee Champagne-Ardenne sur son Produit intérieur brut (PIB). « Toutefois, cet indicateur ne traduit pas le niveau de revenu de la population résidente », relativise l'Insee. La redistribution de la richesse créée localement n'est notamment pas prise en compte.